AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Opium Dream Estate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Opium Dream Estate   Mer 8 Déc - 0:17

Opium Dream Estate (ou O.D.E.) est né en Novembre 2006. Ce projet se veut alors plus influencé par la scène Heavenly-Voices, néofolk et Goth.

Pour le moment 4 albums et 1 EP sont disponibles. Le EP est par ailleurs en téléchargement gratuit !

Disco :
LP
- Alpha/Omega (2007)
- Spira Spiritum Noctis (2008) (chronique, Guts of Darkness)
- Anamorphosis (2009)
- Estranged Memories (2010)
EP
- Through The White Landscape (2010) - télécharger

Sites :
Myspace
Bandcamp
Last.fm


Bonne écoute Smile
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Jeu 16 Déc - 19:10

Chronique du dernier album, Estranged Memories, sur Guts of Darkness :

Citation :
Son précédent opus nous invitait à la rêverie sous le firmament d'une nuit d'été (ou d'hiver selon l'humeur) étoilée, celui-ci nous convie dans le charme cosy d'une vieille demeure, un grenier éventuellement, mais en tous les cas un endroit chargé en souvenirs où les odeurs, les teintes, les images, objets, se muent en autant de fantômes que l'on se plaît à écouter chuchoter...Craquements d'un vieux disque qui tourne, petite mélodie cristalline, quelques nappes, Sébastyen D. nous met à l'aise avant de lancer ses percussions un brin rituelles. Une fois encore je suis impressionné par l'efficacité des ambiances car malgré un artwork funèbre (gisants, ruines), je trouve qu'il fait bon évoluer dans ce disque. Certes la mélancolie, en bonne maîtresse de maison, y supervise tout mais multiplie les attentions pour notre confort: quelques notes de piano pluvieuses pour 'Wishful thinking', des cris de corbeau perdus dans la campagne hivernale pour 'A raven in the snow', quelques effluves orientales pour élargir la rêverie sur un 'Learning to fly' évoluant sur les terres de Dead can Dance...Mais l'influence principale de ce disque reste le dark folk; elle baignait certes également 'Anamorphosis' mais de manière moins marquée. L'héritage de Death in June et Sol Invictus est évident (à commencer par la superbe reprise de 'Kneel to the cross'), notamment dans le jeu de percussions souvent martial, la tristesse simple des mélodies à la guitare sèche, mais Sébastyen D. parvient pourtant à le personnaliser. Pas de copie stérile, les compositions sont mûres, personnelles, empreinte d'une rondeur leur conférant cette beauté cotonneuse; je n'ai pour ma part nulle difficulté à m'immerger dans ces climats un peu amers où le temps, les saisons semblent avoir moins de prise. A l'heure où le genre néofolk s'essouffle, étranglé dans ses poncifs, des formations telles que Opium Dream Estate offrent une alternative intéressante en restituant une essence nullement trahie mais épurée de son décorum martial, enrichie, amplifiée, laissant plus de place aux pensées et songes de chacun...à l'image du splendide 'Rainbow' qui s'écoule aussi fluidement qu'un ruisseau lorsque vient le dégel et que la nature revient à la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Mer 23 Fév - 15:29

Nouvelle chronique (par Lilith79, des Acteurs de l'Ombre - elle sera en ligne d'ici peu)

Citation :
Opium Dream Estate – Estranged Memories

Estranged Memories est le 4ème album composé par Sebastyén D., ayant écouté ses autres travaux, tous très beaux et allant du néoclassique à la darkwave , on constate donc une évolution car il a pris une orientation nettement plus néofolk avec celui-ci. Un univers sombre, élégant et feutré nous accueille. On a l’impression d’errer dans une pièce étrange peuplée de beaux et poussiéreux souvenirs, de vieux rêves. Cette élégance toute gothique dans l’esprit est donc la toile de fond du tableau qui va prendre forme dans nos oreilles. L’album s’ouvre sur un morceau tout en finesse sombre qui pose l’ambiance pour errer dans une bibliothèque pleine de reliures anciennes : « Old Books and the Muse ». Des craquements de disques vinyles ouvrent ce titre sur des notes délicates et cristallines. Les percussions arrivent ensuite, nimbées de nappes de synthé sombre, et la voix de Sebastyén D. semble nous conter les secrets renfermés sous ces vieilles couvertures de cuir. La magie opère vite, et si ce premier titre n’est pas le plus néofolk de l’album (plutôt darkwave en fait), bien d’autres surprises nous attendent. Un ton plus mélancolique se distille dans le deuxième morceau, avec un chant plein de douceur et de belles et tristes plages de claviers. Il faut en fait attendre le troisième titre, «Fire Guided Light » pour avoir cette fois un ton nettement néofolk avec les percussions caractéristiques, les accords de guitare acoustique. Le chant y est un peu différent, et l’un des intérêts de l’album est que le chant de Sebastyén n’est jamais vraiment le même. Il puise dans des tonalités et émotions différentes selon chaque chanson. Et c’est très appréciable.

En fait tout au long de l’album nous voyageons dans des tableaux et souvenirs différents. J’ai particulièrement apprécié « A Raven in the Snow », chronique subtile d’une balade dans la pureté de l’hiver, et le morceau s’ouvre d’ailleurs sur quelques cris de corbeau, plumes noires dans une étendue blanche et froide… En vérité, il m’est difficile de choisir un morceau plutôt qu’un autre, car ils ont chacun leur caractéristique et univers particuliers. Après la neige, nous avons un décor mystique et oriental, évoquant de lointaines contrées. Il prend forme dans « Nanda », subtile transition purement instrumentale, et se développe pleinement dans « Learning to Fly ». Ces titres parfumés de mysticisme sonnent un peu comme un hommage à une certaine période de Dead can Dance. Et pour ce qui est de rendre hommage, de façon créative et très personnelle, le septième titre me réserve une agréable surprise. Il s’agit de « Kneel to the Cross », une reprise de Sol Invictus. Une reprise très personnelle et étonnante, où les chœurs un peu martiaux du début sont joués par de délicates notes de guitare acoustique, mêlées de bucoliques chants d’oiseaux. Après, la seconde partie comprenant les paroles est chantée de façon calme par Sebastyén D., comme l’avait fait Tony Wakerford. Mais il fait passer des émotions différentes… une reprise originale, très belle, qui apporte quelque chose au morceau de base : on se voit pas cela si souvent, donc chapeau bas...

D’autres titres que je ne détaillerais pas pour vous laisser un peu de suspens dans cette découverte, quand même, nous amènent au dernier morceau de l’album, «Seven Thousand Years ». Une conclusion magnifique, un titre mystérieux et subtil. On a des paroles chuchotées sur fond de percussions discrètes mais entraînantes ; des notes de claviers et guitares sèches qui s’égrènent, vibrantes… superbe morceau, peut-être mon préféré des douze, imprégné d’un parfum qui me rappelle :Of The Wand and the Moon:. Adorant le groupe danois précité, je ne peux qu’aimer cette chanson qui sonne comme un hommage discret, créatif et intelligent à cette formation.

En résumé, je suis donc très agréablement surprise de cette découverte. Un projet à écouter absolument si vous aimez les belles compositions sombres, la darkwave et la néofolk. Sebastyén D. relève le défi pas évident d’apporter un sang neuf et des trouvailles intéressantes à un genre qui, sans pour autant s’essouffler totalement, manque un peu de nouveautés. Et aussi, la néofolk s’épanouissant surtout à l’échelle européenne, voilà qu’elle trouve une valeur sûre hexagonale de plus… Merci, Sebastyén D., de rendre espoir en leur pays aux fans français de néofolk. Nous te souhaitons excellente continuation et espérons que tu nous offriras longtemps de belles et créatives compositions.

http://opiumdreamestate.bandcamp.com
http://www.myspace.com/opiumdreamestate
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Mar 21 Juin - 19:56

Bonne nouvelle : Vu que j'ai eu quelque demande pour le dernier d'ODE (merci Elegy), le trois dernier albums à savoir Spira Spiritum Noctis, Anamorphosis et Estranged Memories vont à nouveaux être édités en cd en juillet !!


Pour celles et ceux qui serait alors intéressés soit un mp soit sur http://opiumdreamestate.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Ven 22 Juil - 15:50

Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Dim 18 Sep - 22:12

Interview d'ODE dans le nouveau Osbküre

Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Mar 22 Nov - 12:41



NOUVEL ALBUM !!!!

Opium Dream Estate a cinq ans cette semaine et pour fêter ça donc, un nouvel album :

UNVEILED
01. Danse Macabre
02. Entwined
03. Only Dreams Survive
04. An English Garden
05. Nachwandler
06. My Evening Tea
07. Crimson Riot
08. Wherever The Wind May Blow
09. Solace
10. December
11. In Power We Entrust The Love Advocated
12. The Secular Masque

Dispo seulement en téléchargement sur Bandcamp, à 3€. Artwork : Poussière Obsidienne (artiste française)

http://seventhcrowrecords.bandcamp.com
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Mer 4 Jan - 12:12

Chronique de l'album Smile

Citation :
Après avoir chroniqué en début d’année Estranged Memories, voilà que j’ai le plaisir de me replonger dans le projet néofolk de Sébastyén D., Opium Dream Estate. Après Estranged Memories, album feutré peuplé de souvenirs et visions oniriques, je suis on ne peut plus curieuse de découvrir ce que renferme ce cinquième album, Unveiled. Sébastyén m’a expliqué sa particularité : les douze titres qui le composent sont des inédits bien sûr, mais on trouve parmi eux des “chutes” d’album. L’idée de réunir, entre autres, des titres n’ayant pu être intégrés sur les opus précédents me paraît plutôt intéressante. Même si, à la base, pas foncièrement évidente : il fallait éviter de faire un ensemble manquant de cohérence, des pièces de puzzle “fatiguées” ne collant pas les unes aux autres... Mais connaissant le projet, à présent, je ne me suis pas inquiétée très longtemps quant à cela. Et en me laissant envoûter par ce nouveau bijou acoustique/folk, je me rends compte qu’effectivement, il n’y avait guère de soucis à se faire.
Dès le premier titre, je retrouve cet univers mystérieux et feutré… tout en rythmes lents et ambiances au synthé, voilà “Danse Macabre” qui ouvre le bal de cette marche atmosphérique, un morceau inédit auquel j’accroche très vite par ce rythme obsédant et ce chant murmuré. Suivent après quoi deux morceaux qui étaient à l’origine sur Estranged Memories, et effectivement à les entendre je retrouve un peu l’ambiance qui se trouvait sur ce précédent opus. J’aime particulièrement les accords de guitare et le chant mélancolique de “Only Dreams Survive”. Mais mon coup de cœur tout particulier pour cet album ira au morceau “An English Garden”. Dépouillée, lent, hypnotique, il est centré sur le chant et les ambiances aux claviers. Une atmosphère solennelle et mystérieuse s’en dégage.  Sébastyén m’a expliqué que le thème central de ce titre est la folie. Un homme se protégeant dans le cocon de sa folie, de ses pensées intérieures, divague dans les allées d’un jardin intérieur. L’élégant malaise se distillant tout au long de ce titre trouve son apogée à la fin, où les hommes viennent chercher, des percussions rythmant leurs pas, l’échéance se rapprochant, les voix... l’enfermement, encore. Voilà ce que j’aime particulièrement, dans ce projet... Une facilité d’évocation, d’images et idées. La musique d’Opium Dream Estate est incontestablement narrative.
Tous les morceaux ont quelque chose de particulier et je ne veux pas tout dévoiler, je vous invite plutôt expressément à découvrir ce nouvel album par le lien Bandcamp que je mettrai à la fin de l’article... Néanmoins, je dirai encore quelques mots sur d’autres titres qui m’ont particulièrement marquée. Il y aura donc “Wherever The Wind May Blow”, un inédit qui était à l’origine une démo pour Saison de Rouille, un side-project indus/noise avec le chanteur de Danishmendt. N’ayant pas été développé en cette voix, elle a donc été réadaptée pour Opium Dream Estate, permettant ainsi à Sébastyén de nous dévoiler une autre facette de son savoir-faire. En effet, si nous sommes habitués à sa néofolk et darkwave, nous voilà immergés dans un morceau à sonorités beaucoup plus indus. Voix chuchotée, notes légères de guitare contrastant avec des percussions lentes et un rythme sombre et martial : ce titre m’aura surprise, mais bien vite captivée... Si par là Sébastyén nous prouve un certain éclectisme dans ses compositions, nous aurons également un doux rappel de 2010... “Solace”, titre se trouvant sur son EP - Through the White Landscape, nous replonge dans une folk lumineuse, mélancolique. Ce titre a quelque chose de solaire, de poétique, qui contraste avec l’opressante ambiance du titre indus… J’aime ces jeux de contrastes, ces nuances dans un ensemble qui conserve toutefois une cohérence parfait. La force d’ODE : la beauté se déclinant sous différents aspects ,tout en composant un tableau harmonieux.
Que dire encore... Vous parler de sa reprise de Dead can Dance avec “In Power We Entrust The Love Advocated” ? Vous dire à quelle point cette cover est intéressante, et donne une nouvelle dimension à ce titre ensorcelant... à quel point les ambiances ont été rejouées parfaitement, un peu plus discrètes et dépouillées, mais autant porteuses d’émotions et d’une grâce mystique. Une voix plus mélancolique que celle de Brendan, et suffisamment affirmée pour que Sébastyén puisse rendre ainsi hommage sans rougir à ce duo mythique et intemporel. Vais-je me répéter en disant qu’Opium Dream Estate est définitivement une valeur sûre dans la scène néofolk/ darkwave française ? Vais-je insister sur le fait que Sébastyén D. est une personne à suivre ? Oui. Mais mieux encore, je vais faire simple : écoutez-le, écoutez Unveiled et ses projets précédents. Je n’ai plus rien à ajouter pour l’heure... Si ce n’est insister : laissez-vous immerger dans une ODE aux beautés oniriques. Bon voyage.

http://opiumdreamestate.bandcamp.com
Revenir en haut Aller en bas
melancolia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 4291
Age : 32
Localisation : lille
Humeur : motivée
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Lun 9 Jan - 23:28

j'aime assez , la voix me plais a la première écoute je me laisse convaincre. je vais etudier plus la question Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://melancoliaa.20mn.com
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Dim 15 Jan - 17:28

Merci Wink

Et depuis peu, les cd's peuvent être achetés sur bandcamp (lien deux posts plus haut).
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Ven 9 Mar - 23:08

Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Mar 27 Mar - 23:54

Chronique d'Unveiled (in English) :


Citation :
It's a cold sunny day and I'm sitting at the door of the balcony of my ancient house. The hot coffee in my cup gets colder as I drown in my thoughts and sounds. It's been a good while since I told you a story of my musical adventures, so you might wonder what weird direction they'd take this time. Let me give you a hint – as winter winded away, I was reminded of a certain interesting project – Opium Dream Estate, and it's their new album that blew my mind today.

The easiest way to describe this music would be to call it dark neofolk, and indeed it has the special cold and solemn sound of that genre. It is a very old-fashioned music, kind of soundtrack you imagine reading Victorian books.

The opening intro creates quite dark atmosphere, but it soon gets balanced by more oriental and trancing melodies as Entwined unrolls. I wouldn't say it's the music very original in its genre, but it gives a really nice, moving shade to long, cold afternoon and I bet it'd make a thrilling effect during late evening discover-your-gothic-city walks.

In the whole record, my personal favourites are vibrant, mysterious An English Garden and Solace – more idyllic, happy-spirited song that I still remember enchanted me on previous EP of the band - Through The White Landscape.

Another interesting composition is made out of Wherever The Wind May Blow – a mixture of dark, industrial loops and guitar's consonance. It's also hard to resist melancholic charm of My Evening Tea and the cover of Dead Can Dance's In Power We Entrust The Love Advocated– probably one of the best versions I've heard.

My head is still too busy to write a lot of words, but if you enjoy dark side of the music, you must try Unveiled and use your work break for some sweet, dark dreams.

http://ahymnforalostsoul.blogspot.fr/2012/03/opium-dream-estate-unveiled-2011.html
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Jeu 3 Mai - 12:26

So proud de celle-ci... Chronique d'Anamorphosis sur Heathen Harvest

Citation :
There are so many emotions in music. Happiness, angst, sadness, melancholy, etc. The list is quite long and equally varied. It is rare to find a work that has the ability and presence to combine a good number of these emotions in one release.

Sébastyén D (FR), the composer behind this intricate work, has found the sifting shelter here in which to share his visions, his dreams. Expertly recorded, constructed, and mastered by the same. He is not new to the creative process. No less than 13 works can be attributed to him in his various roles. His eclectic mix of electronic and organic sounds blend together so well on this release. The tracks (at least on the limited edition, which I was lucky enough to receive)flow, ebb, fade, and swell upon one another. Even though the initial track can stand on it’s own merit and strength, the completeness of said track can be truly justified by the tracks either preceding or following. Or both.

This album is full of loss, melancholy, and an unquenchable yearning. It’s also full of beautifully layered drums, guitars, and vocals that whisper, beckon and beseech in turn. The use of primary minor chords, along with some nature elements really endear this one. It has the honest sound of truth and genuine talent.

As the tracklist is played, Sébastyén D builds more and more into each new work. He finds gentle rhythm and empty sadness at every turn, exposing the sorrow for what it is, and the ancillary emotions for what they are.

This is by no means a strictly “dark” work. Though foreboding and tinged with crushing melancholy, there is a three dimensional quality to the work as a whole. Dives of psyche are at once raised up again, whether in the same song, or in the song directly following. It never gets “too” dark, nor “too” light. The listener is kept inert in temporal flux for the duration. Directed by the activity surrounding the mind, this is an excellent work to unwind with after a long or stressful day.

All in all, this is a solid release. Favorites would include Track 3 – And the Day’s Still Sleeping, as well as Track 8 – New Dawn. Something about the softer percussive element entwined with excellent acoustic guitar and vocal work. It’s really a fantastic combination.

RECOMMENDED

http://heathenharvest.org/2012/05/02/opium-dream-estate-anamorphosis/
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Mar 5 Juin - 1:18

Le nouvel album d'Opium Dream Estate, Funeral In Narragonia, sortira, sur Seventh Crow Records, le 9 juillet prochain. Vous pouvez dès à présent le pré-commander, soit en version CD ou digital sur le bandcamp : http://opiumdreamestate.bandcamp.com

Artwork par Maria Labuena (comme d'hab, ... ), livret de 12 pages. Limité à 100 exemplaires !!
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Mar 26 Juin - 19:44

Le nouvel album arrivera CETTE SEMAINE !!!



Funeral In Narragonia
- The Dream
- Where The Black Swans Die
- Season Of The Wind
- Visions
- Lulled To Lunacy (Awaken By Death)
- Die Toteninsel
- The Day My Wish Was Gone
- Canto XLV (With Usura)
- The Widow
- Novum Navis Stultorum
- Song For The Dwellers


Limité à 100ex !! Pré-commande ici : http://seventhcrowrecords.bandcamp.com/album/funeral-in-narragonia
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Dim 15 Juil - 12:59

Offre spéciale !!! Celles ou ceux qui commanderont le dernier ODE (Funeral In Narragonia) recevront en cadeau Alpha/Omega (album démo d'ODE, datant de 2007). Dans la limite des stocks disponibles !!!
http://opiumdreamestate.bandcamp.com/
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Ven 24 Aoû - 1:28

Opium Dream Estate fera partie de la compilation Shadowplay - A Tribute To Joy Division (sur Syborgmusic) en charmante compagnie de Tors of Dartmoor, Collection d'Arnell-Andréa, In My Rosary, Paul Roland, Violet Stigmata, Arndt & Wolf, Second Skin, ILM, Fatal Lapse, Sillian, The Atomic Nurses, Missionaries From The Outside, Other Day, Borgia Disco et Wolf.

Sortie en septembre 2012.
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Mer 3 Oct - 12:12

Et hop une autre chronique de Funeral In Narragonia, sur Guts Of Darkness :

Citation :
Opium Dream Estate, ce n'est plus une musique que l'on écoute la nuit en contemplant les étoiles au dessus de la cime des arbres, l'ombre a envahi ce royaume, les quelques notes de piano funèbres d'intro ne laissent planer aucun doute là-dessus. Dépouillée mais évocatrice, elle nous emmène en un cortège de chansons comme autant de silhouettes voilées qui plongent toujours plus profondément dans un univers dark folk affranchi de ses dernières influences cold wave. L'artiste a souhaité se pencher sur le thème de la mort mais également (et voilà qui est moins évident à percevoir) de la folie, deux aspects soutenus par de très belles images réalisées par deux artistes (l'une contemporaine, l'autre du XIXème siècle) ornant le livret du cd. Très noir mais pas non plus de la manière dont on pourrait l'imaginer, Sébastyen D. s'étant montré plus subtile en créant un véritable cocon d'ombres un peu à la manière d'un corridor de brume nocturne et souterrain dans lequel l'auditeur se laissera guider par les murmures de la voix ou le timbre féminin de Sheita qui se glisse ça et là, sirène angélique et rassurante. Le maître mot est 'atmosphère', le jeu est économe, suggère plutôt que de livrer des visions trop précises, une guitare sèche délicate constituant l'acteur principal de cette trame. On sera surpris du pouvoir évocateur de ces quelques accords tant ils recèlent d'espace et de plages vierges permettant à l'auditeur de projeter ses propres pensées. Un piano grave et quelques percussions complètent le tableau accentuant la mélancolie ou relâchant légèrement cette tension apaisante mais pas foncièrement apaisée. C'est une réussite et on espère bien que le public friand du genre murmurera enfin le nom de Opium Dream Estate plus souvent lors des soirées dark folk. Malgré tout, je ne puis m'empêcher de déplorer une certaine linéarité sur le long terme que l'on pourrait aussi voir comme un synonyme de cohérence, j'en suis conscient. La surprise se révèle davantage sous la forme de compositions telles que le superbe 'Canto XLV', une longue pièce dark ambient du plus bel effet. La mort, la folie, deux thèmes pas franchement joyeux mais que Sébastien D. traite avec doigté pour en faire un univers de création plus que de destruction puisqu'affleurent quelques brefs rayons de lumière de derrière les tentures de ce palais à la fois intimiste et démesuré ('Season of the wind'). Une chose est certaine, ce nouvel opus ne fait que confirmer le talent dévoilé sur les disques précédents sur lesquels je vous conseille volontiers de vous pencher.
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Mer 16 Jan - 0:51

Oyez Oyez !! Puisqu'il ne reste que très peu de copies d'Anamorphosis, une copie vous sera offerte pour tout achat de Funeral In Narragonia - 10€. (limite des stocks disponible)

http://opiumdreamestate.bandcamp.com (via paypal) ou bien en mp.
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Ven 22 Fév - 14:52

Pour celles ou ceux que cela intéresse (oui je sais vous êtes nombreux !! Mr. Green )
Les toutes dernières copies d'Estranged Memories sont uniquement dispos ici :

http://www.antremonde.com/product.php?id_product=1349
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Ven 1 Mar - 14:43

Et encore une très bonne chronique du dernier album !! (Culture Is Not Your Friend - Israël)

Citation :
Something in the crusted blackness of this album, visualized in the cover and coming
into essence through the music, reminds me of Julia Kristeva’s book ‘Black Sun’. Like
the moment when Blixa Bargeled corrects Nick Cave on ‘The Weeping Song’, telling
him it is not weeping that he hears but merely crying, Kristeva offers the important
distinction between sadness and nostalgia or even falling in love with sadness. Where
at first I think I am listening to a sad song, as I hear the singing on ‘Where the Black
Swans Die’ on this fantastic album by Opium Dream Estate, I later on sense that there
is a greater cause to this musical extraction of deep and dark emotions than empty
crying. Instead, there is a ritual of acceptance and deliverance through the delicate yet
profound song writing and execution.

The songs themselves are touching and engaging. In between them dreamy currents
of sound run like the dark rivers of the underworld, carrying acidic dark ambient that
is potent enough to immerse the listener with this comforting cold crust of beautiful,
dreamy chill. I have listened to this album over and over at home and in my car, it
changed the atmosphere in both places and convinced me over and over again in its
sincerity.
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Sam 11 Mai - 12:26

Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Lun 3 Juin - 11:59

Nouvelle chro de Funeral In Narragonia, sur Pavillon666

Citation :
Album réalisé en 2012, dont le maître d'oeuvre se nomme Sébastyén D, voilà à peu près tout ce que l'on sait de ce mystérieux groupe. Bon, après avoir fouillé tant bien que mal sur mon navigateur, il en ressort que Opium Dream Estate (ou O.D.E.) est né en novembre 2006, des cendres de Orchid's Children. Ce talentueux musicien qu'est Sébastyén (seul protagoniste ou presque si l'ont fait abstraction de quelques "guests") se révèle être un compositeur vraiment captivant, avec des titres très "ambiant", d'une noirceur et d'une volupté toujours constante au fils des minutes.
Vous aimez le néo romantisme, des groupes tels que Sol Invictus, Death In June et autres Ordo Equitum Solis? Et bien nous avons tout ce qu'il faut en France !
Certes, la guitare acoustique est le quasi seul instrument avec le chant masculin très doux. Vous aurez quelques subtilités comme des ambiances, des percussions, et même un chant féminin - Shaita - sur "Die Toteninsel " de toute beauté (surement le meilleur titre?) et un refrain entêtant car redondant.
Evidemment certaines intonations feront penser également aux célèbres Dead can dance, mais quand vous écoutez un titre comme "Canto XLV ", là aucun doute, vous êtes dans le plus pur neofolk obscur.

Oui, tout est ici douceur et noirceur, pas de titres darkwave ni "goth", mais uniquement de la mélodie et une obscurité palpable à tous les coins de l'opus. Un moment d'évasion, que l'on écoute sans discontinuer, un rêve mélancolique qui nous dit : encore ! un bien beau moment musical.
Revenir en haut Aller en bas
Lord Sébastyén

avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 36
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   Jeu 26 Sep - 19:37

Nouvel EP !!! (avec une reprise de Joy Division !! Cool )
http://opiumdreamestate.bandcamp.com/album/for-there-will-none-be-left
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opium Dream Estate   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opium Dream Estate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opium Dream Estate
» Ultra Vomit+l'Opium du Peuple
» Dream Theater > Le duel des membres !
» Dream Theater Vs. Pain Of Salvation
» Estate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NorGoth :: forum général :: Musique-
Sauter vers: